Patrice VERMEILLE
Peinture, Dessin, Litho-Digi-Sérigraph , à Montpellier 34000 (France)
Né(e) en: 1937      à: 54000 Nancy

L’œuvre peinte de Patrice Vermeille (car il existe aussi une œuvre gravée) témoigne d’une exceptionnelle singularité, de sorte que son style semble se détacher de la production commune. Nous nous efforcerons, à l’occasion de son exposition en l’espace Lawrence Durell de Sommières, et à l’attention d’un public que son apparente difficulté d’accès pourrait déconcerter, d’en définir les constantes…

Tout d’abord, elle semble relever à la fois d’une figuration originale, éloignée de tout réalisme, qui procède par fragments modelés et allusions identifiables comme telles. Ce qui ne l’empêche pas de recourir fréquemment à une géométrisation soit de la composition, je pense en particulier aux deux Nids qui s’articulent autour de la figure du cercle, soit d’éléments récurrents qui viennent en quelque sorte clore la toile, nous rappelant qu’avant toute chose elle n’est qu’une succession de plans, en un certain nombre assemblés. Je dis assemblés mais j’aurais pu tout aussi bien dire collés, tellement cette pratique relève, dans sa réalisation de collages que la matière picturale et graphique vient en quelque sorte unifier.

Ensuite, les couleurs. Elles ne sont pas naturelles et ne donnent pas l’impression d’être utilisées dans le frais. Leur ton assourdi fait penser à quelque zone limbique ou chtonienne, en tout cas intermédiaire, qui ne cherche guère à copier la réalité mais à la présenter sous un nouvel éclairage, sans doute réfracté, un univers au fond d’avant la lumière, pré-utérin si l’on préfère, entre deux eaux. Les titres en témoignent : l’un intitulé Amniotiques, l’autre se référant à L’indifférence des particules, où une silhouette humaine semble émerger d’une forme matricielle, dans un ballet à la fois microscopique, génétique et cosmique. Entre l’infiniment petit et l’infiniment grand, vient s’inscrire l’espace-temps de la toile, à la mesure de l’homme et du peintre. Ainsi le tableau, chez Vermeille, relève-t-il du passage, du mouvement qui caractérise le vivant sauf qu’avant l’Etre, il y a du néant et que l’un ne va pas sans l’autre. La peinture de Vermeille s’efforce de concilier les deux. Dans l’indifférence des particules.

Bernard Teulon Nouailles

Ses oeuvres

L'indifférence Des Particules III
Peinture
24-04-2024

L'indifférence Des Particules Iii

5 400.00 €
Palimpseste
Litho-Digi-Sérigraph
24-04-2024

Palimpseste

700.00 €
Camée VI
Litho-Digi-Sérigraph
24-04-2024

Camée Vi

600.00 €
Flore III
Peinture
24-04-2024

Flore Iii

5 000.00 €
Camée II
Peinture
23-04-2024

Camée Ii

4 000.00 €
A Fresco II
Peinture
23-04-2024

A Fresco Ii

3 600.00 €
Dystopies
Peinture
23-04-2024

Dystopies

7 000.00 €
Explosante XI
Litho-Digi-Sérigraph
23-04-2024

Explosante Xi

500.00 €
Les Astrologues II
Peinture
23-04-2024

Les Astrologues Ii

7 000.00 €